|33| Sun Tzu, le Stratège et le Sorcier d’Olivier Lusetti

Résumé : Et si, un pacifiste né, comprenait que la guerre était nécessaire pour obtenir la paix durable, et devenait, le plus grand stratège de son temps ?

En Chine ancienne, dans la période des Printemps et Automnes, le jeune Sun fuit le pays de Qi annexé par les forces du royaume de Ch’u. Orphelin, porteur horrifié d’une terrible culpabilité, c’est épuisé, qu’il franchit la frontière de Wu, pour rejoindre son grand-père, — un militaire de métier impitoyable — qu’il n’a jamais connu sauf à travers ses exploits et ses colères incontrôlables, contés par son fils. Arrivé en vue du village, le jeune Sun s’interroge sur son avenir si incertain, lui qui n’a pas encore croisé la tunique grise du sorcier le Fang-siang ; lui qui ignore encore tout de son incroyable destinée ; lui qui pense que La Voix accusatrice qui résonne dans sa tête est du fait de son seul esprit. Il dépend de l’Homme de faire des plans, il dépend du Ciel de les accomplir. Le destin de Sun Tzu s’écrit dans une encre de sang. Découvrez la vie romancée de Sun Tzu l’auteur de l’Art de la guerre.

 

Nombre de pages : 213 (papier)

 

Genre : Fantasy Historique

 

Je remercie Fantasy Editions et l’auteur pour l’envoie de ce roman 😊 Ainsi que pour la carte dédicacée elle est trop jolie !

Alors il faut savoir que ce roman parle de l’auteur du livre « L’art de la guerre », Sun Tzu. C’est un personnage historique qui reste peu connu, enfin peu connu au niveau de sa vie, de lui-même. Et personnellement je n’en avais jamais entendu parler. Je pense d’ailleurs que j’irai me renseigner sur ce livre quitte à le lire ou une partie du moins ! Et je vous invite à le faire aussi !

La plume de l’auteur est recherchée puisqu’on sent à ses phrases que tout était bien organisé, tout était calculé pour que cela soit original. Son style d’écriture est singulier car il m’a semblé parfois particulièrement poétique, tout comme le ton de cette histoire bien que cela soit de la fantasy historique. Si cette plume reste lisible et agréable à lire, je l’ai trouvée parfois un peu bancale avec des phrases dont la syntaxe me faisait douter, et des lourdeurs qui me faisaient décrocher un peu du roman.

La structure du texte est intéressante, contrôlée. Nous avons si je ne me trompe pas, trois parties en tout. Bon parfois des lourdeurs, des longueurs ou phrases bancales comme je l’ai dit sinon rien de plus à dire là-dessus.

L’histoire se déroule correctement, l’ensemble est cohérent bien qu’on se demande pourquoi une telle ellipse au niveau de l’apprentissage est présente. En effet, Sun Tzu doit se trouver et pour ça, le jeune homme suit un sorcier afin de parfaire son apprentissage. Au moment où il semble prêt à commencer, l’auteur fait une totale ellipse de cet apprentissage. Pourquoi ? J’aurai beaucoup aimé savoir comment cela s’était passé. C’est peut-être parce qu’au final, Sun Tzu, historiquement, n’était pas quelqu’un de très connu, son histoire restait vraiment mystérieuse. Personnellement j’ai eu rapidement une perte d’intérêt à propos du récit mais j’ai tout de même continué ma lecture car ce n’était pas nul ou inintéressant au contraire ! C’était plein d’informations historiques, de mystère, de magie mais malheureusement je suis vraiment restée à la surface du texte. Je n’étais pas embarquée avec le personnage principal.

C’est un univers riche et historique dans lequel l’auteur vous plonge. C’est un univers – Chine – que l’on ne connaît que trop peu ce qui rend l’histoire originale en plus du fait qu’elle tire son imagination dans une partie véridique et historique comme déjà dit précédemment.  On sent aussi que de nombreuses recherches ont été faites afin que ce roman se pare tout autant de l’imaginaire que de la réalité. On découvre la magie et le fantastique d’une manière très sympathique je trouve et l’histoire avec l’orang outan m’a particulièrement plu voire touchée. Et c’est vraiment cette partie qui m’intéressait et m’intriguait, qui m’a fait continuer l’histoire jusqu’au bout. Et aussi parce que j’aime pas ne pas terminer un livre. J’ai lu la dernière page du roman et celle-ci a su capter mon attention pour me donner envie de savoir comment on en arrivait à cette fin. Je suis restée spectatrice de l’histoire car je n’ai pas été immergée dedans. Ce récit était parfois envoûtant et empreint de poésie.

Bien que l’histoire tourne autour de Sun Tzu, nous y rencontrons d’autres personnages permettant l’évolution de ce dernier. Le jeune homme reste un personnage mystérieux tout au long de l’histoire bien qu’on suive son histoire et pas une autre. Cette dernière reste toutefois assez vague et nous laisse dans un flou perplexe. Ce n’est pas un personnage auquel je me suis attachée parce que justement ce flou était trop pour moi. Il n’était pas moins intéressant de ce fait là, il était aussi original par sa profondeur de caractère qu’on avait du mal comprendre par moment. Sun Tzu est un personnage complexe qui doit et qui se cherche tout au long du roman. On le voit évoluer tout au long de l’histoire pour arriver à l’apogée de lui-même à la fin puisqu’il a l’air de s’être enfin trouvé.

Ce roman présente une quête personnelle. Ce n’est pas la quête d’un objet, enfin je ne l’ai pas perçu ainsi. C’est la recherche de soi. Qui suis-je ? Que vais-je devenir ? Où vais-je ? Comment arriver à me trouver ? Prendre confiance en moi. Cette quête de soi est intéressante puisqu’elle fait écho à celle de tout homme et de toute femme, même encore aujourd’hui. Nous naissons humains, mais nous ne savons pas qui nous sommes. Il est vrai que je voulais la voir aboutir bien que je ne l’ai pas trouvée si aboutie que ça à la fin. Elle n’est pas forcément originale puisque c’est la quête de tout le monde mais je trouve sa « réussite » inattendue bien qu’il n’y ait pas eu, à mon goût énormément de suspens.

J’ai trouvé le début de l’histoire intrigant avec une situation particulière parce que je ne m’attendais pas du tout à ce que cela se passe ainsi. Le personnage principal m’intriguait parce que je ne le connaissais pas encore. Le début était fluide et donnait tout de même envie de lire la suite. Il ne fait pas entrer directement dans l’histoire puisqu’on découvre Sun Tzu avec une jeune femme et à faire des défis avec le frère de celui-ci pour rester en vie. C’est à la fin de ce qu’on pourra appeler le début, qu’on découvre quelque chose de plus intrigant. Je l’ai aussi trouvé avec de nombreuses longueurs parce que je ne voyais pas où l’auteur voulait en venir. Cependant, il y a des éléments qui peuvent donner envie à continuer cette histoire.

Une fin qui surprend un peu dans le sens où on ne la comprend pas forcément ni pourquoi on s’arrête à ce moment. Cependant cela semble être une sorte d’apogée de l’histoire où le personnage a enfin pris conscience de lui-même, de ses capacités et de qui il était bien que le doute semble planer aussi. La fin clôt correctement l’histoire mais je crois que même si je ne suis restée que spectatrice sans vraiment apprécier ma lecture malheureusement, je suis restée sur ma faim. J’aurai aimé me sentir dans le roman et me dire… « ah ouais quand même on en est arrivé là ! ». C’était une faim satisfaisante par rapport au déroulement de l’histoire. On peut bien-sûr noter l’évolution entre le début et la fin où Sun Tzu est perdu et devient une personne accomplie.

 

Pour conclure cette chronique : C’est un roman intéressant, original de part son cadre spatio-temporel peut connu et utilisé dans les romans qu’ils soient contemporains ou fantaisistes. On se situe en Chine ancienne où l’on suit l’évolution de Sun Tzu, auteur de « L’art de la guerre », qui se cherche. Personnellement, je n’ai pas su être intégrée dans le roman ni à m’y plonger complètement dedans. Le personnage principal ne m’a pas vraiment parlé mais ce n’est pas pour autant que le roman était mauvais. C’était tout le contraire. L’écriture était belle, même si elle avait quelques longueurs et des formulations parfois bancales. Nous étions emmenés dans un univers magique et poétique grâce à la plume de l’auteur. A tous les férus d’histoire, de magie et de quête, je vous recommande ce livre car ce n’est pas parce que je n’ai pas su l’apprécier qu’il ne pourrait pas vous plaire !

 

Votre Cocci-Lectrice ❤

2 réflexions sur “|33| Sun Tzu, le Stratège et le Sorcier d’Olivier Lusetti

  1. Wolkaiw dit :

    En effet, nous avons sensiblement le même ressenti ! C’est un livre avec de nombreuses qualités mais je crois que pour toutes les apprécier il est nécessaire d’être immergé dans l’histoire, et ni toi ni moi n’avons réussi à plonger au coeur de l’univers. Je sais que ce livre a beaucoup plu et c’est tant mieux 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s