|52| Joe Basianga T1 de Patrick Armerding

Résumé : « Tout petit déjà, je m’étais rendu compte que j’avais un don : le pouvoir de paralyser toute forme de vie rien qu’en la touchant. Le seul souci pour moi résidait dans l’apprentissage de son contrôle après avoir été témoin de ce qui allait devenir le plus profond traumatisme de mon existence : l’assassinat de mes parents le jour de mes neuf ans ».

« Joe Basianga, l’ultime sacrifice », est le premier tome d’une trilogie mêlant espionnage, action, amour, humour, politique et aventure. Cette fiction policière relate l’itinéraire d’un ex-tueur à gages de la CIA doté d’un pouvoir hors du commun, vouant une passion sans bornes pour James Bond, fermement décidé à mettre ses talents au service du bien de l’Humanité.

Nombre de pages : 540 (papier)

Genre : Policier – fantastique

 

Je remercie le label Wibibook et l’auteur pour l’envoi de ce roman !

 

Au départ, et au début de ma lecture je ne savais pas trop dans quoi j’allais me lancer. Le policier n’est pas un genre que je lis d’habitude mais j’ai voulu changé, car le dernier du genre que j’ai lu m’avait bien plu. En plus dans celui-ci on remarque clairement une note de fantastique ce qui me plaît particulièrement comme genre.

 

Malheureusement, dès ce début je n’ai absolument pas réussi à rentrer dans l’histoire. On entre directement dans le vif de l’action, du sujet et dès le départ on a beaucoup beaucoup et beaucoup d’informations. On est presque inondé dessous. Là ce n’est que mon avis à moi, je préfère le repréciser au cas où. Les descriptions, narration externe et informations ne me dérangent pas d’habitude mais le tout ensemble, pour moi cela ne fonctionnait pas. Je suis restée très en surface lors de ma lecture car les paragraphes de description n’en finissaient plus. J’ai pensé arrêter ma lecture mais je déteste me stopper, et je me dis qu’il y a toujours du bon à prendre. Ce qui est le cas dans ce roman car si je n’ai pas su m’attacher à l’histoire, aux personnages, ce roman n’est absolument pas nul et je suis certaine qu’il saurait plaire à des fans de James Bond, de policier, ou d’intrigues rudement bien menées et un vrai casse-tête qu’on pourrait prendre plaisir à résoudre.

 

Joe Basianga est un personnage arrogant, imbu de sa propre personne et parfaitement insupportable par moment. Il se prend pour James Bond, parce qu’il l’adule, l’adore et c’est beau de voir une telle obsession pour un personnage « connu » mais cela vire réellement à une obsession presque mauvaise, malsaine qui pourrait faire pâlir plus d’une personne. Surtout quand ce charmant monsieur…Se met à torturer quelques personnes en faisant comme si de rien était, ou que c’était la chose la plus naturelle et anodine du monde. Les passages de torture ne me dérangent pas du tout, j’étais plutôt amusée à leur lecture car justement grâce au personnage principal nous avons un ton parfois « léger » et « amusant » de ce qui ne l’est pourtant absolument pas. C’est un personnage que l’on suit tout au long de l’histoire mais il y en a beaucoup d’autres. Au début de l’histoire, on est amené à avoir plein plein plein de noms de personnes et personnellement je m’y suis vraiment perdue mais au deux tiers du roman, l’arrivée de tous ces personnages se « calme » on va dire donc on arrive plus facilement à se repérer même si je suis restée assez perdue tout au long de ma lecture. J’ai bien aimé le personnage d’Olga, une vraie espionne russe qui m’a bien fait rire par moment. Ayélé est aussi intéressante car on la découvre comme étant le point faible on va dire de Joseph. Ce dernier « s’adoucit » ou pas avec elle, enfin quelque chose du genre. On sent qu’il change un peu de nouveau ou qu’il espère enfin une sérénité qu’il cherche depuis l’assassinat de ses parents lorsqu’il était tout jeune. Tous les personnages qu’on rencontre sont bien évidemment utiles à l’histoire et on en croise de toutes les sortes : policiers, agents secrets, russes, italiens, africains, japonais, chinois (mais je n’en suis pas sûre pour les deux derniers). Ils sont intéressants, et chacun à son petit caractère…Surtout un certain policier Lombard ! Joe est présenté comme un homme invincible et des fois c’est trop énorme. Ce n’est pas Dieu…Toutefois on le voit vraiment évoluer du bon côté sur la fin du roman ! Ce qui est un très bon point !

 

Au niveau de l’histoire en générale, je n’ai pas réussi à rentrer dedans mais il y a beaucoup de choses positives. L’auteur choisit de nous immerger dedans grâce à des horaires placés plus ou moins au début des chapitres. En fait c’est presque présenté comme un carnet de bord ce qui est intéressant car cela peut nous permettre de suivre l’histoire un peu mieux. Il suffit de revenir à un endroit avec une date pour savoir où on en est dans la chronologie de ce roman. Cependant, il y a des chapitres au temps présent comme d’autres où nous avons le droit à des souvenirs. Il aurait été sympathique d’avoir quelques dates au tout début comme nous l’avons parfois au début des autres chapitres. J’avoue que j’aimais bien ces passages de souvenirs mais souvent j’étais perplexe puisqu’on ne comprenait pas de suite que c’en était.

Je tiens à féliciter l’auteur car on remarque à travers son roman absolument tout le travail et les recherches qu’il a dû faire pour pouvoir écrire sa trilogie (oui ce roman est le premier tome !). Je me demande combien de fois il a regardé ou lu les James Bond afin de placer toutes ces références. Je suis admirative de sa manière d’avoir tout présenté, tout agencé parce que sincèrement si j’avais dû pondre un roman pareil ou écrire ce genre d’histoire j’en aurai été bien incapable ! On passe des détails des chaussures, boutons de manchette, veste, puis on arrive à d’autres détails bien plus policiers : marques de pistolets, de motos etc. Enfin plein de choses que je ne connaissais pas mais qui reviennent tellement souvent que j’étais parfois perdue ! Enfin trop souvent même !

Il se passe énormément de choses, tellement qu’il faut du cran pour réussir à tout suivre. Mais en même temps, cela correspond parfaitement à ce qui correspond au genre « policier » pour moi bien que je n’en lise que très rarement. Il n’y a absolument pas le temps de s’ennuyer, les rebondissements sont présents, les intrigues sont très bien ficelées et multiples, vous avez de quoi réfléchir et faire marcher tous vos neurones :p Il y a quelque chose justement qui m’a fait particulièrement réfléchir c’est le réel but de Joseph, est-il finalement gentil ou méchant ? Cherche-t-il vraiment à sauver le monde comme il est spécifié dans le résumé, ou est-ce qu’il est le « méchant » comme on peut le penser lors de notre lecture puisque toutes les forces de police le cherchent comme s’il était la plus grande mauvaise personne du monde ? Je pense que ce premier tome sert d’introduction à quelque chose de plus grand qui ne nous est pas totalement dévoilé ou à peine dans ce tome-là. J’ai d’ailleurs beaucoup plus aimé la fin du roman car j’arrivais mieux à suivre, et je ne sais pas un petit quelque chose a changé et j’ai préféré !

 

Pour décrire la plume de l’auteur, je n’aurai que deux mots : précise et ordonnée. Car bien que je trouve le tout un peu lourd par moment, on sent que le sujet est maitrisé avec une grande minutie. Rien n’a l’air d’être laissé au hasard et franchement comme déjà dit, je tire ma révérence car franchement c’est géré d’une main de maître ! Le rythme du récit peut paraître un saccadé, ou brouillon parfois car cela va dans tous les sens mais en fait je pense que c’est juste vraiment maîtrisé ! Le vocabulaire est énorme, il y en a beaucoup et je crois que je n’ai jamais autant découvert de nouveaux mots, de nouveaux mots dans des langues différentes car on a si j’ai bien répertorié (plus ou moins d’ailleurs) : anglais, chinois, japonais, italien, russe, une langue africaine dont je n’ai pas retenu le nom, français mais ça c’est logique. Franchement encore une fois bravo car on sent le travail derrière et tout ce qui a été fait pour être que le rendu soit le meilleur possible !

 

Je crois que les 100 dernières pages du livre sont celles qui m’ont le plus plu. En fait cette fin est très bien faite. Le rythme très rapide du début, avec plein d’informations et tout ce dont j’ai parlé, convient parfaitement à cette fin, car on est pressé et stressé avec les personnages et boom nous avons la chute qui ouvre sur un prochain tome. Finalement nous réussissons grâce à ces 100 dernières pages à comprendre un peu plus le but de Joe, ainsi que tout ce qui ne va pas dans la société ! J’ai presque envie de dire que j’ai bien aimé au final, grâce à cette fin ! Je me pose plein de questions du coup, surtout concernant Joe avec la fin…On verra peut-être au prochain tome !

 

Pour conclure : Ce n’est pas un roman qui a su conquérir mon cœur de lectrice par bien de points exposés dans ma chronique. Néanmoins il n’en est pas pour autant un mauvais roman car il sait se distinguer par moult points comme l’écriture très précise et pleine d’informations, ainsi qu’une histoire très bien ficelée sur une supposition puisque je ne pense pas avoir réussi à en saisir toutes les informations. Les rebondissements étaient au rendez-vous, les intrigues n’en finissaient plus et permettaient aux lecteurs de réfléchir en menant leurs propres investigations tout au fil de leur lecture. Je tiens encore une fois à féliciter l’auteur pour son travail autour de son roman car je suis certaine qu’il a dû passer de nombreuses heures à faire des recherches car c’était tellement précis par moment que sincèrement sans, cela aurait été impossible. Toutefois, si le début et milieu m’ont paru vraiment très longs, la fin quant à elle est vraiment sympa à lire, et je l’ai préférée à tout le reste du roman car cela joue plus sur les sentiments du personnage principal et nous le montre plus comme un homme invincible. Mais juste un homme tout court ! C’est un roman qui conviendrait parfaitement aux amateurs de policier et de James Bond tout particulièrement car je pense qu’il en est digne ! Merci encore à l’auteur pour l’envoi de son roman et cette découverte !

2 réflexions sur “|52| Joe Basianga T1 de Patrick Armerding

  1. Wolkaiw dit :

    Je pense le lire dans les semaines à venir, la lecture me dira si je suis sensible aux mêmes points que toi. Je relirai d’ailleurs ta chronique après avoir écrit la mienne pour comparer 🙂
    C’est toujours délicat de ne pas réussir à entrer dans une histoire, on a beau forcer, parfois ça ne veut vraiment pas. Pas que le roman soit mauvais, simplement, il n’est sans doute pas pour nous.

    Aimé par 1 personne

    • Sophie Csx dit :

      Ouais tu me diras 🙂 Effectivement après ce n’est pas un mauvais roman car il y a plein de bonnes choses ! Oui voilà ! Je m’essayais de nouveau au policier car j’avais bien aimé mon dernier !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s