|59| Casanova de Matteo Strukul

Résumé : 1755, Venise. Après avoir parcouru l’Europe pendant dix ans, Giacomo Casanova revient enfin dans sa ville natale, si chère à son coeur. Acclamé par les habitants, l’enfant rebelle de la Sérénissime enchaîne les coups d’éclat et ne perd pas la moindre occasion de se faire remarquer. Notamment par la comtesse Margarethe von Steinberg qui lui lance un défi : séduire la jeune Francesca Erizzo avant qu’elle ne se marie. Un défi que le célèbre séducteur accepte comme un jeu… sauf qu’il n’a pas prévu les sentiments que la jeune fille éveillerait en lui, ni les manigances des hautes instances de la cité des Doges qui n’ont plus qu’un objectif : mettre Casanova aux fers avant qu’il pervertisse les moeurs vénitiennes.

Nombre de pages : 363 (papier)

Genre : « romance » historique

 

Merci aux éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce service presse !

 

Pour commencer c’est un roman qui me tentait pas mal puisqu’il semblait y avoir de l’intrigue, de la romance mais aussi de l’historique. Malheureusement ce n’est pas un roman auquel j’ai accroché et je vais vous expliquer pourquoi selon MON avis.

 

Le début nous plonge clairement dans Venise, on EST Venise on vit là-bas et on suit toutes les intrigues. Je me demandais bien ce qu’il pouvait arriver et c’est ce qui m’a donné envie de continuer à lire. Casanova revient sur Venise et connaissant cet homme là de réputation on peut se douter que cela ne sera pas de tout repos. Ce début intrigue, pose des bases mais personnellement ce n’était pas transcendant.

 

Les complots, les envies de faire tomber Casanova, plus quelques soucis entre Venise, l’Autriche enfin des soucis géopolitiques sont au rendez-vous. Malheureusement j’ai trouvé que l’historique était un peu « loin » de l’histoire et qu’il aurait pu être un peu mieux exploité. Les complots on en découvre la vérité qu’à la fin. J’ai trouvé que celui pesant sur Casanova notre héro n’était pas assez bien expliqué, qu’est-ce que cet homme avait fait de si mal pour subir les foudres de l’inquisiteur de Venise ? Enfin du chef. Sincèrement je n’ai pas réussi à plonger au cœur de tout ça, je n’ai absolument pas pris part à tout ce qui a pu se dérouler et je suis déçue de moi car même si cela se lisait bien, il manquait une certaine profondeur aux évènements, des émotions aussi. L’auteur est resté très en surface je trouve.

 

Les personnages…Hum Casanova était à la hauteur de tout ce qu’on disait, de ce qu’on avait fait de sa réputation même si j’ai trouvé que ses actions, sa manière d’être était justifié par son travail, et aussi ce qu’en disait l’auteur. Francesca était sympa comme personnage mais on ne la voyait pas assez. Les autres permettaient de faire avancer les autres intrigues, les sous-jacentes mais c’est vrai encore une fois que je trouve que c’était trop en surface, on sentait l’importance de certaines personnes mais je ne sais pas, je n’accrochais encore une fois pas.

 

Le style de l’auteur est agréable à lire. Il arrive à « bien » nous mettre dans son univers vénitien parce que même dans la traduction, il nous reste plein de mots en italien qu’on nous explique rapidement. C’était sympa parce qu’on se sentait plus à même de réussir à rentrer dans le roman. Le vocabulaire est bien adapté à l’époque, les catégories sociales et les petites choses auxquelles on pourrait faire attention et se dire que c’est pas terrible. Je crois que sa plume est un des points forts du roman.

 

La fin du roman était sympathique parce que c’était une fin ouverte. Nous ne connaissions pas exactement la situation de la dulcinée de Casanova, ce dernier était presque totalement sauvé enfin tout dépendait du point de vue. On pouvait imaginer ce qu’on voulait, et j’adore ce genre de fin bien que j’ai pas mal de questions en suspens, qui n’auront sûrement pas de réponse d’ailleurs.

 

Pour conclure : C’est malheureusement un roman qui n’a pas su gagner mon cœur de lectrice. Si ce n’est pas le cas pour moi, cela ne veut pas dire que cela le sera pas pour vous donc n’hésitez pas à le lire si le résumé vous intrigue. Le gros point noir du roman, c’est le manque de profondeur pour moi. Et il en manque partout. Je n’ai pas su m’attacher aux différents personnages ni à l’histoire qui manquait aussi de développement je pense. Ce que j’ai apprécié est la fin car elle restait ouverte et me permettait d’imaginer une suite ou de me poser des questions quant à l’avenir des deux personnages principaux.

 

Je vous fais de gros bisous

Votre Cocci-Lectrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s