|63| Le chant de l’aigrette de Rainie Lucian

Résumé : Izumi, lycéenne Tokyoïte et passionnée par la musique, vit dans la crainte : celle de tomber dans le silence. Atteinte d’une surdité partielle, elle tente tant bien que mal de résister à la chute qu’elle sait, inévitable.
Bercée par l’amour de ses proches, elle tente de se construire un monde dans lequel rien ne l’atteint. Malheureusement, les sentiments de certains de ses amis la rendent vulnérable et la désolent. Prise entre deux feux, Izumi se surprend à penser que l’amour pourrait l’aider à se relever…

Nombre de pages : 174 (numérique)

Genre : Contemporain

 

Merci à mon « mai… » à Rainie pardon pour ce service presse ! J’avais hâte de découvrir sa plume et je ne pensais pas que ce serait si tôt mais ce fut pour mon plus grand bonheur, le cas !

 

Le début du roman nous est livré avec un joli prologue qui personnellement m’a fait réfléchir. Il est beau et plein d’émotions. Je l’ai trouvé vraiment chouette pour un départ. Les premiers chapitres nous permettent d’intégrer la vie de l’héroïne comme si nous étions avec elle, un fantôme la surveillant un petit peu. J’appréciais la narration interne car il était plus simple de ressentir ce que Sue ressentait, de vibrer avec elle et cela permettait une meilleure immersion.

 

Alors au niveau des personnages, voici ce que j’en ai pensé. C’est peut-être un peu court mais on aura qu’à dire que mon ressenti est clair, et précis ! XD C’est une jeune lycéenne que la vie n’a pas épargnée, et n’épargnera pas d’après tout ce que j’ai lu. Ce n’est pas pour autant que c’est ce qu’on peut communément appeler une « pleurnicharde », tout au contraire. C’est une épreuve dure qu’elle traverse avec brio, elle reste forte mais évidemment s’affaisse un peu mais ce n’est pas « trop ». C’est un juste milieu, ce n’est ni trop ni pas assez. Son caractère tout comme Sue ne nous tape pas sur les nerfs par des réactions disproportionnées et irréalistes ! Nous rencontrons aussi d’autres personnages dont Hideaki si je ne me trompe pas dans l’écriture que j’ai bien aimée même si à faire presque le « forceur » (j’exagère vraiment beaucoup hein) c’était amusant mais cela aurait pu paraître lourd ! En tout cas, ce garçon semble savoir ce qu’il veut ! Je trouve que toute la petite troupe du roman, bien qu’un peu effacés (peu présents ou réellement importants) pour certains est vraiment très sympathique, l’héroïne n’est pas seule même si elle a tendance à le penser. De toute façon à qui n’est-il pas arrivé de se penser seul(e) alors qu’on était entouré ? Moi-même je suis très souvent dans ce cas ! La famille de Sue est intrigante parce que ses parents avaient une drôle de manière d’être mais je ne saurais pas m’expliquer sur le sujet. Ils étaient forts sympathiques, je me suis bien amusée lorsqu’ils étaient présents dans le récit (au tout début, et à la fin car le milieu prête moins, beaucoup moins à l’amusement) ! Ils semblent être de bons parents puisqu’ils soutiennent leur fille comme il le faut. C’était touchant !

 

Parlons maintenant de l’histoire en général. C’est un livre que j’ai aimé lire mais au niveau de la lecture je parlerai de deux parties plutôt distinctes, enfin on le ressent à la lecture grâce à différents aspects. La première partie est vraiment très très belle. J’ai trouvé ça pur, très bien écrit, très beau, franchement cette première partie est géniale ! C’est Sue après son accident mais avant sa surdité et c’est bien expliqué, on suit son parcours. Ah je ne saurais pas trop dire pourquoi mais j’ai été charmée totalement par la plume par cette première partie particulièrement émouvante, tout m’a séduit ! Il y a beaucoup d’émotions, Rainie réussit parfaitement à nous immerger dans le quotidien de Sue qui semble être énormément attirée par tout ce qui est européen et si parfois cela peut nous sembler perturbant, c’en devient même amusant, comme si c’était une « quête de l’européanisation », ou quelque chose comme ça ! C’est intéressant de voir mélanger les connaissances, traditions, et la culture japonaise avec une héroïne qui s’intéresse beaucoup à tout ce qui est européen !
La deuxième partie du roman se déroule après la perte de son ouïe. Si j’aime toujours le roman, comme déjà expliqué à l’autrice sans aucune malveillance, j’ai trouvé que cela manquait peut-être un peu de cohérence surtout au niveau temporel car il y a beaucoup de sauts dans le temps sans forcément trop d’indications. On saute des trimestres voire semestres entiers. Je sais maintenant que cela sert tout à fait au roman et que c’est fait exprès, néanmoins je maintiens ma gêne à la suite de cet aspect d’ellipse temporelle trop rapide, et pas assez développé au niveau des explications. J’espère la trouver (l’explication) dans le prochain tome qu’il me tarde de découvrir aussi (non Rainie je ne te presse pas…Tu as exactement environ 120 livres que je dois lire donc ça va ça te laisse du temps non ? Allez bisous et force à toi pour l’écriture de ce tome !) ! Ces sauts parfois m’ont perdu c’est surtout pour cela que j’insiste sur ce point, sinon l’histoire suit son cour, on se demande quand même où l’on va mais sincèrement c’est sympa à lire ! J’aurai aimé et apprécié un peu plus de développement dans les chapitres mais ce sont les sauts qui m’ont fait penser ça 😊

 

Sincèrement, je crois que la plume de Rainie est ce que j’ai le plus apprécié, voire même adoré ! Elle est pure, poétique et pure est vraiment le premier mot qui m’est venu à l’esprit en lisant son roman. C’est simple et pourtant tellement porté sur les émotions. Il y avait des phrases…Olala mais tellement belles. C’est bien formulé, et j’avais remarqué deux trois petites choses mais c’est déjà corrigé donc en fait c’est juste du presque parfait. Je ne vais pas dire parfait car je sais qu’elle prend le melon facilement (non ne rie pas en lisant cette phrase ou ne me tue pas je t’aime <3) ! C’est un style d’écriture que j’adore par-dessus-tout, je pense que c’est aussi adapté au roman mais j’ai totalement adhéré ! J’en redemande ! Vite !

Concernant la fin du roman, pour moi elle fut totalement floue, je ne l’ai pas forcément comprise même si je sais qu’encore une fois c’est voulu. C’est à peu près tout ce que j’ai à dire là-dessus même si elle donne l’envie de savoir la suite, surtout avec ce drôle d’épilogue, donc Rainie moi aussi je veux la suite mais je te donne tout le temps que tu voudras pour l’écrire :p

 

Pour conclure, c’est un roman dont j’ai vraiment apprécié la lecture. Ce que j’ai préféré était clairement la plume de Rainie et c’est un vrai régal de la lire. C’est très doux, épuré, beau, un roman remplis d’émotions, de sentiments, il est capable de vous toucher en plein cœur. En tout cas pour ma part ce fut le cas, alors c’est possible que cela vous arrive ! L’histoire est très bien menée même si la deuxième partie du roman mériterait un peu plus d’approfondissement comme j’en ai parlé dans la chronique entière. Ce n’est pas que Sue que nous rencontrons mais toute une petite tribu bien sympathique, et il y a une réelle immersion du lecteur dans cette culture japonaise que pour ma part je ne connaissais absolument pas ! C’était vraiment intéressante ! Merci à l’autrice pour ce service presse !

 

Gros bisous !
Votre Cocci-Lectrice !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s